Derniers sujets
Janvier 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

Calendrier Calendrier

Sondage

Qui êtes-vous ?

 
 
 
 
 
 

Voir les résultats


Rendre l'école obligatoire jusqu'à 18 ans?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Rendre l'école obligatoire jusqu'à 18 ans?

Message par Admin le Mar 9 Fév - 13:02

DAPHNÉE DION-VIENS
Le Soleil


(Québec) En Ontario, il est interdit de quitter l'école sans diplôme avant 18 ans. Les adolescents qui ont décroché avant leur majorité pourraient même bientôt être privés de permis de conduire. Et si le Québec s'inspirait de cette mesure pour garder les gars sur les bancs d'école?
En 2003, l'Ontario a décidé de faire de la lutte contre le décrochage une priorité. Le ministère de l'Éducation sort l'artillerie lourde et met en place une panoplie de mesures visant principalement les jeunes du secondaire. Coût estimé de la facture : 1,5 milliard $ d'ici 2011.
En plus des différents programmes mis sur pied, une nouvelle loi est entrée en vigueur en 2006 : l'école est obligatoire jusqu'à 18 ans ou jusqu'à l'obtention d'un diplôme d'études secondaires. En parallèle, le choix des programmes de formation professionnelle a été accru et leurs grilles-horaire sont plus flexibles qu'auparavant, pour permettre d'accommoder un maximum d'élèves.
Pour inciter les jeunes à rester sur les bancs d'école jusqu'à leur majorité, le ministère de l'Éducation a prévu une sanction sans équivoque : la suspension du permis de conduire.

La mesure n'est toutefois pas encore en place, puisque le ministère de l'Éducation n'a pas terminé la création des différents programmes d'insertion professionnelle qui visent à donner une solution de rechange aux jeunes qui veulent faire l'école buissonnière, explique son porte-parole, Gary Wheeler.
Au Québec, des voix s'élèvent aussi pour réclamer l'école obligatoire jusqu'à 18 ans. Égide Royer, professeur à l'Université Laval, aurait aimé que l'ancienne ministre de l'Éducation, Michelle Courchesne, l'inclue dans son plan de lutte contre le décrochage scolaire, dévoilé l'automne dernier. Au Québec, il est légal d'abandonner l'école à l'âge de 16 ans. «Il faut attendre 18 ans pour acheter un gratteux, mais on peut lâcher l'école à 16 ans. Ça n'a pas de bon sens!» lance-t-il.
M. Royer reconnaît que cette mesure ne bousculera pas du jour au lendemain les statistiques concernant le décrochage scolaire. «Mais ce n'est pas ça, l'important. L'idée, c'est de dire qu'il y a une attente très claire dans notre société. Ça permettrait de revaloriser l'éducation», dit-il, en plus de donner un argument supplémentaire à des parents confrontés à leur ado de 16 ans qui veut lâcher l'école.
L'économiste Pierre Fortin, qui s'est intéressé aux impacts économiques du décrochage scolaire, a aussi défendu cette mesure à plusieurs reprises sur la place publique.
Quels impacts?
En Ontario, puisque cette loi fait partie d'une stratégie comprenant plusieurs mesures visant à garder les jeunes sur les bancs d'école, il est difficile de déterminer les impacts reliés uniquement à cette nouvelle obligation, explique Gary Wheeler.
De 2003-2004 à 2008-2009, le taux de décrochage est toutefois passé de 68 % à 79 % dans le réseau public, précise-t-on. Un bond de presque 10 points qui représente 16 500 diplômés de plus, uniquement pour l'année 2008-2009.
De son côté, le C.D. Howe Institute avait réalisé, en 2005, une des rares études nord-américaines sur le sujet, en se basant sur l'expérience du Nouveau-Brunswick et de certains États américains, où l'âge de la fréquentation scolaire est passé de 16 à 18 ans en 2000. Selon cette analyse, une telle mesure permettrait de faire diminuer de 1 à 2 % le taux de décrochage et d'augmenter de 1 à 2 % la proportion de jeunes adultes obtenant un diplôme collégial ou universitaire. L'étude reconnaît que les impacts sont limités - mais tout de même significatifs, peut-on lire - en raison du manque de moyens mis en place jusqu'à maintenant pour faire respecter cette loi.
«Excellente note»
Une évaluation a par ailleurs été réalisée par le Conseil canadien pour l'apprentissage, rendue publique au début 2009, concernant la stratégie intitulée «Apprentissage jusqu'à l'âge de 18 ans». Verdict : les mesures mises en place récoltent une «excellente note». «Les autres gouvernements qui cherchent à améliorer l'enseignement dispensé dans leurs écoles trouveront de quoi s'inspirer en observant la démarche de l'Ontario à cet égard», a affirmé le président du Conseil, Paul Cappon.
Olivier, un jeune raccrocheur de 20 ans, est de son côté tout à fait d'accord avec cette mesure. «Ce serait super brillant. À 16 ans, tu n'es pas mature, tu ne penses pas à l'avenir et tu ne comprends pas les conséquences de tes décisions, dit-il. Il devrait y avoir plus d'encadrement pour empêcher les jeunes de lâcher l'école.»

Admin
Admin

Messages : 21
Date d'inscription : 29/01/2016

http://educemploi.exprimetoi.net

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum